En Chantier : un roman !

Depuis novembre 2012, cessation d’activités musicales « normales » (concert, enregistrements)

pour cause d’écriture de roman.

Projets

Close Project

Classical animals

Yan Vagh aux guitares acoustiques
Brice Delage aux guitares électriques
Franck Amand aux percussions

LA MUSIQUE
Quelle création peut se targuer d’etre completement neuve ? Le « neuf » n’est il pas, le plus souvent , un ré-assemblage d’éléments connus mais sous une autre lumière et dans un costume inédit ? Et dans cette optique, pourquoi ne pas ré-assembler quelques idées géniales de grands créateurs du passé afin de les transporter ailleurs, sur des rivages innatendus ?

CLASSICAL

Parce que le répertoire de ce trio d’iconoclastes puise dans le patrimoine classique, de la période baroque au xxeme siecle. La musique de Bach, Mozart, Rossini, Johann Strauss, Bartok et quelques autres prend une direction inattendue, lorgnant vers le rock, le jazz,l’Afrique et même la chanson.

ANIMALS
parce qu’ils ont mordu a pleines dents et parfois sauvagement dans ces fruits défendus et sacro saints pour se les ré-approprier et en proposer une vision neuve en y greffant leurs rythmes, leurs couleurs et leurs improvisations….

Ecouter deux titres :   Tell     The Bach Door        Voir des vidéos sur Youtube

Close Project

Cabaret Carré et Barré…

Spectacle live et protéiforme à base de gens

Yan Vagh invite une chanteuse et pianiste d’origine indo-américaine, une danseuse de hiphop et un percussionniste allumé entre jazz, funk, pop, chanson, électro et classique + de  l’interactivité … tout le monde s’y retrouve (ou s’y perd) ! Quelques invités de dernier moment viendront jouer du Ravel ou chanter du Dylan, improviser du break dance ou encore dire du Rimbaud. Barré mais … carré !

 

Le noyau dur : Jessie G..danse hiphop, bass / Yasmin Shah..clavier, voix/ Franck Amand..percussions, bass, samples / Yan Vagh….guitares, bass, voix  /  Guests…

 

Ecouter deux titres :  Rock’quiem    From the body

Close Project

Solo Guitar

Sur scène …

 Assis avec sa guitare 6 cordes ou sa Basstar, monstre hybride à 8 cordes, manipulant génétiquement Bach, Coltrane, Stevie Wonder, Norah Jones, Joe Dassin ! … ou sur une de ses compositions propres (ou sales), il improvise, interprète, scat, parle, raconte. Du jazz, de la pop, du classique, du groove ? Pas sûr !

Debout,  il se risque à animer le public dans des exercices interactifs à fort potentiel ludique, utilisant la technique du Soundpainting.  Les participants, eux,  participent … voix, mains, objets !

Intimiste et spectaculaire à la fois.  

Ecouter deux extraits     Le Présent     Rock Salad

Voir quelques vidéos

Close Project

Un Team Intime

                                       

CONFERENCES, ANIMATIONS, WORKSHOPS POUR LE MONDE DE   L’ENTREPRISE.

POUR EN EN SAVOIR PLUS, CONSULTER 

 www.unteamintime.com

Ecouter

Extraits Projets en groupe

Le Jour    Mr Johann   Tell   Rock’quiem   Dodecatuor   Orchestre Cordes    Perkwha    Avoodi

Aquatuor    The Bach Door

 

Extraits Projets plutot Guitare

Hijo de la Luna    Jazzablanca    Du Haut    Naïma    Next Dance   Village Waves    Rituel

Pinballwizardinball    Wizard    Solair

 

Extraits Projets Autres

Dogsong    Stevie Wonder Symphonique    Fabrice Danseux

 

Idéaste

Petit mot inventé à partir du mot vidéaste (personne qui pratique la vidéo) et qui me permet d’exprimer librement des idées en tous genres sous forme de textes à prétention humoristique ou philosophique ! Une activité annexe à la musique mais très prenante. Et c’est vachement moins chiant que de jouer de la guitare ! Internet est un possible lieu d’expression.  Alors voilà …

 

Close Project

Les Ismes …

Il est difficile de n’appartenir à aucun groupe, de ne pas tendre vers un idéal collectif, aucune école de pensée, tendance politique, religieuse, bref, de ne se placer sous aucune bannière, sous la protection d’aucun « isme » … de ne pas se revendiquer d’un certain isme…..de ne pas être…..un iste !! C’est d’autant plus difficile, voire irréaliste, que beaucoup de nos réactions sont télé guidées, téléchargées, télé portées, t’es laid, tes lésions, tels les ions dans l’air !

Mais revenons à nos moutons (voir idéal collectif) :

même quand on croit fermement que nous sommes très individués et libres dans nos jugements à propos de tout ce qui nous entoure, il y a de fortes chances (environ 100% de chances) que notre pensée et nos affects soient « ismés » par 1000 faisceaux culturels, influences sociales, familiales, éducatives, imprégnations génétiques, tares et micros tares ethniques et tant d’autres merveilleux types de conditionnements – dont certains depuis des milliers d’années- qui nous bouffent les cellules jusqu’ au trognon. Cet ensemble disparate d’idées reçues, d’habitudes tant physiques que psychiques et généalogiques, de combinatoires complexes vont nous permettre de dire « moi » ou « je » à la place de trougn’boule, flitz ou gléborzuk (bien sûr c’est quand même trés pratique,  il faut l’avouer, exemple : «  j’ai faim », « je t’emmerde », « donnes moi mon salaire » ou encore « je t’aime, moi aussi ») et d’être ainsi confrontés à d’autres porteurs de ces même ingrédients mais agencés très différemment….ils seront donc porteurs de « moi » et de « je » aussi. Les moi/je ont beaucoup tendance à se regrouper en nous/on, d’où ce qui suit:

il serait tentant de créer un groupe de personnes qui, voulant s’affranchir de tous les « ismes » et voulant fuir tous les conditionnements politiques, socio culturels, religieux etc ….. se réunissent sous l’appellation de « nonistes ». Génial, non ? Le problème c’est que, connaissant la nature humaine, je dirais qu’ils deviendraient rapidement convaincu que le nonisme est le seul parti qui soit valable: ils opposeraient les nonistes et tous les autres istes et glisseraient sans doute vers le fananotisme, voire le terrononisme….Mais dans un premier temps le groupe se serait subdiviser d’abord en deux factions : les nonistes d’origine et la nouvelle faction dénommée les bonistes. Les bonistes appelleraient les nonistes d’origine les nullistes. Mais ça ne serait que le début de la division. Les nonistes et les bonistes s’éclateraient en plein de groupuscules. Il y aurait les doutistes, les peutêtristes, les éventuellistes, les nonistes de gauche, de droite et du centre, les bonistes de gauche, de droite et du centre.

 
C’est pourquoi je n’aime pas les ismes (susceptibles de schismes) et je plains les istes (ils sont très tristes) de toutes sortes (surtout ceux qui ont des convictions fortes). Par contre, j’aime bien les parenthèses et les rimes…. la rigueur, je tolère certaines tendances ou appelations comme les prismes, les aphorismes, l’illettrisme, le nudisme, l’altruisme, le radinisme, l’office du tourisme, le priapisme………..Mais mon isme préféré toutes catégories confondues, c’est le relativisme. Tout est relatif, on le dit couramment mais qui met cette philosophie en pratique?  Pour pratiquer le relativisme, un petit équipement de base est nécessaire :

– Une bonne dose de doute matin, midi et soir. Je n’ évoque pas ici le doute vis à vis de soi-même qui est de l’ordre du manque de confiance en soi…mais du doute vis à vis de tout ce qui existe, de tout ce qui a été enfourné à la pelleteuse dans notre cerveau et dans nos sens depuis nos premiers jours sur terre, de ce qui pourrait ressembler à des certitudes de tous ordres, notre base d‘observation individuelle…….

– Aprendre un ou deux sketches de Pierre Desproges par cœur (voir ce fameux doute salutaire dont il était si merveilleusement porteur)

– Patiquer avec assiduité l’amour du prochain surtout si le prochain est un autobus et que ça fait une 1 h et demie que vous l’attendez. A défaut de cette relation privilégiée avec un véhicule à moteur, et plus modestement, être capable d’affection et de compassion.

– Regarder avec intensité et avec un seul œil la fameuse photo d’Einstein (qui est à elle seule un fameux symbole de subversion) qui tire la langue (ne pas confondre, à cette occasion,  le fait de relativiser et la théorie de la Relativité qui est, elle, beaucoup plus complexe et très peu utile quand on  ressent une grande tristesse due au décès de son animal domestique chéri ou quand on vient d‘apprendre que notre domicile a été inondé de caca par une famille de bisons ou encore quand on tente de maîtriser l’immense culpabilité qui nous étreint violemment quand nous sommes confrontés à l’une ou l’autre manifestation de la misère dans le  monde).

– Ecouter des morceaux de Frank Zappa (en l’absence de cette musique géniale dans votre sonothèque, prévoir la destruction physique d’une grande partie des cd, dvd et autres supports avec des chanteurs (ses) de variété vivants (tes), voir des chanteurs (ses) eux (elles) mêmes……pour permettre un ré équilibrage écologique de la « phone » occidentale et ainsi favoriser la ré introduction d’espèces qui sont en voie d’extinction tels « le musicien génial et désintéressé », « l’artiste polyvalent qui ne véhicule pas du vide absolu », « la personne inspirée de base », « l’ improvisateur de folie » et de façon plus générale « l’individu ouvert (ou rouge) »…

– Vivre de grosses claques vitales dans la gueule qui réveillent, révèlent… Donc, OK pour  l’expérience, le fruit de  l’expérience mais pas les traces de l’expérience (de celles qui font radoter les personnes vieillissantes qui ne vivent plus que dans leur mémoire / attention ce processus triste , répétitif et pourri peut commencer très jeune par manque d’hygiène mentale et de vigilance)

 

En tout cas, éviter scrupuleusement toute fréquentation avec certaines séries télé (attention aux séries françaises en particulier), des chansons ou des émissions (au sens « de gaz nocifs ») décervelantes (sauf exceptions rares) et toutes autres formes d’expression puérile et nauséabonde du manichéisme ambiant qui règne et qui est à désespérer du potentiel humain tant il est certain  que « répondre au besoin du public », « proposer une thématique qui est dans l’air du temps », « relayer les idées qui sont circulent dans la société » etc…sont autant de signes du manque absolu de prise de risque uni à une absence abyssale de toute idée créative et ont tendance à amener encore plus de bêtise crasse  à la surface de cette pauvre planète déjà bien servie par des millénaires de conditionnements de toutes sortes…..et merde, je me suis laissé emporter, je  l’sais bien pourtant que toute forme de révolte vieillit très mal, surtout à l’écrit … Aller, crie !

Close Project

On est vraiment tous pareils !

A quel point on est tous pareils, c’est ça qui me frappe, me surprend tout le temps comme une évidence qui saute à la gueule ! Pas seulement d’un point de vue de nos besoins et désirs, de nos limites et de nos aspirations….Finalement le vocabulaire humain se résume en très peu de combinaisons… je ne parle même pas de race, de langue, de cultures et autres apparences et appartenances sociales, temporaires, temporelles, provisoires, soit disant déterminantes mais finalement superficielles dont il presque honteux de nos jours de penser qu’elles sont de réels critères de différenciation, de discrimination. Non, je parle fondamental, racine, biologique, cellulaire, structurel, vital….nos vies dans la chair sont toutes les mêmes. Le milliardaire que je viens de croiser qui vit dans ses habitudes de pensée, dans ses schémas d’homme riche est le même que celui qu’il n’a pas remarquer en sortant de sa voiture à 150.000 dollars, celui qui tend la main à la sortie d’un restau, la belle jeune femme qui accompagne son gosse au bac à sable, la mama et sa très nombreuse progéniture, l’enfant handicapé, le sportif de haut niveau, le super musicien, le voisin horripilant du 4eme étage, l’alcolo du bar d’a côté, les personnes très âgées qui se traînent d’un trottoir à l’autre, le chauffeur du camion qui bloque la circulation, le couple d’amoureux transi, le médecin et son patient, le tortionnaire et ses nombreuses victimes, le débutant à l’harmonica, les innombrables laissés pour compte du tiers monde,

le facho dont la haine est palpable, les révoltés de toutes les révolutions, les conservateurs de tous les bords, les assoiffés de pouvoir, les yogis, les bavards insupportables, les victimes consentantes, les pervers, criminels, dépravés, les dominants, les dominés, les joueurs de dominos, les  fêtards et les frustrés, les utopistes et les déprimés. Gratter pas grand-chose suffit, voler en avion au- dessus de l’activité humaine suffit, le ressentir une fois suffit….pour être sûr et certain que nous sommes tous les mêmes. Une fois ce constat fait, rien n’est dit. C’est juste une base minimum qui permet de rentrer de plein pied dans la tolérance et la relativisation qui va avec et d’éliminer pas mal de sujets de réflexion et de conversation stériles.

Close Project

Frank Zappa a dit…

Information is not knowledge

Knowledge is not wisdom

Wisdom is not truth

Truth is not beauty

Beauty is not love

Love is not music

Music is the best

L’information n’est pas la connaissance

La connaissance n’est pas la sagesse

La sagesse n’est pas la vérité

La vérité n’est pas la beauté

La beauté n’est pas l’amour

L’amour n’est pas la musique

La musique est ce qu’il y a de mieux

En gros, « ceci n’est pas le critère de cela !» (J’aime cette phrase, je crois qu’elle est de moi mais n’en suis pas sûr)

Au moins, la musique a ceci d’honnête, elle est ce qu’elle est et elle n’est que ce qu’elle est (voir Stravinsky qui a si bien donné son point de vue là-dessus!!). Pas de fascination pour les liquides et odeurs dont la production est sans cesse renouvelée par nos corps qui envoient à notre conscience avec une grande fidélité nos messages chimico – animalo – réflexes du quotidien. Si ça pue, si ça coule, si sa salive, si ça éructe, si ça flatule, si ça transpire, si ça bave, si ça sue, si ça émane, si ça crache, si ça gicle, si ça machine tout le temps, comment voulez- vous que ce bonhomme (ou bonne femme) soit crédible dans l’univers ? Et pourtant, c’est notre base.

Close Project

Réflexions diverses

Le style ou l’originalité, n’est-ce pas la somme de nos tics ?

La signature, la personnalité, ne sont ce pas bêtement l’expression de notre nombrilical auto centrage, même si l’expression en est parfois géniale ?

Ou bien notre génie personnel est-il une tentative honnête de pousser ses propres murs, à défaut de pouvoir vraiment prendre l’air au dehors de notre dedans ?

On peut se poser les questions, non ?

Certaines, beaucoup d’activités et de situations m’ennuient à un point quasi vertigineux. Je ne les nommerais pas car trop nombreuses. Je ne souhaite pas non plus les blesser ou les vexer, ces activités et situations sont effectivement susceptibles…. d’être pratiquées et vécues par de très nombreuses personnes dont je respecte l’intégrité et que je ne voudrais pas blesser ou vexer.

Close Project

L’Archiprésent

On m’avait prévenu :

Tu risques l’enfer, tu iras en enfer ! Trop affairé à me délecter de mes promenades toujours au bord, trop occupé à jouer avec l’élastique, je savais que je n’avais qu’à me pencher et « les choses » seraient à ma portée. Enfin ! Je pouvais les apercevoir d’où j’étais…faut dire que j’étais partout à la fois donc tous les possibles étaient…possibles ! Naturellement, à force de tenter, je tombais et me fis mal au je, au nous, au genou, c’est à dire que je fus obligé de naître, je naquis dans le maquis! L’enfer promis n’était pas ailleurs . . . Il était là, ici et maintenant… ici puisqu’il faut bien que ce corps se meuve dans une géographie et maintenant puisque j’étais moi-même dorénavant fais de temps…une expérience inoubliable. En effet je n’ai rien rencontré de plus inepte dans la vie que le fait d’exister. C’était vraiment nul ! L’enfer était chiant, pas parce qu’on y mourrait sans cesse, mais parce qu’il était ré pé ti tif. Rien de nouveau sous cette absence de soleil. Jusqu’ à ce que les coups de butoir de l’archiprésent ne me fassent ouvrir les yeux du dedans de la cage comprimée qui me tenait lieu d’habitacle et où tant d’habitudes avaient pris forme et vivaient leur vie propre depuis…. le temps ! Tant de temps, d’une quantité tellement excessive que c’était à se demander s’il était vraiment quantifiable ou s’il n’était qu’une habitude, une vieille sensation….un rire nerveux, un hoquet, une maladresse. Puis, le doute, enfin! C’est lui qui me raviva la mémoire d’avant le temps, ce qui est, bien sur une façon de parler.

Etouffement salutaire à la clef, air raréfié, le doute est le chemin, il n’y a pas de doute! Le regard est le feu, l’angoisse est la médecine, le corps est le labo. Archiprésent.

Close Project

Affreux Rismes

Est ce passe – temps ?

Can you organoise?

Etre quelque part à un moment donné : absurdité nécessaire

Mouvoir son corps pour aller d’un endroit à un autre : une des activités les plus connes qui puissent exister. Ceux qui sont trop contents de se mouvoir dans un corps pour pouvoir faire plein de choses super cool n’ont pas encore mis le pied dans la boue de soi même.

Je n’ai rien rencontrer de plus inepte dans la vie que le fait d’exister.

Cioran, Artaud, Woody Allen, Dali, Van Gogh, Coltrane, Aurobindo, Gainsbourg, Hendrix, Krishnamurti et tant d’ autres l’ ont exprimé sous diverses formes,la beauté de leur travaux tient du syndicalisme universel. J’aime consommer le boulot de ceux qui sont à la limite…ou qu’ils l’ont franchie.

Eléphantôme : se dit pourtant d’un spectre sans défense.

Un I bout dans l’ O, mais c’est pas chouette ! (surtout quand on sait que les rats passent en l’R et que les oies « zoo feu !» préviennent sans glier garde et se terrent)

L’ I nutile,

Le nez cesse, R (air)

L’ S en ciel

L’ 1 10 pensable

On a cru s’y fier.

Une chanson engagée est un chant poing.

Un nain compris peut être un géant ignoré.

Close Project

Mes Vérités !

Ce qu’il faut savoir !  Enfin, une grille de lecture claire et simple sur des sujets qui nous préoccupent tous.

Science (ce message s’adresse plutôt aux spécialistes des disciplines içi bas mentionnées)

Un nouveau domaine d’exploration  L’équation de la science mathé-météo-agricolo-mytho-quantique enfin résolue : un fait vrillé , mis en contact avec un radis hâteur,annonce la récolte de jus 1) grâce à un rapide processus de fonte N 2) jouvence car chat leurre le cheval de 3) donc A) pelle et laine, D) brouille toi avec cul lisse afin de faire B) C) la température de la mite au logis grecque (yes!).

Poli  tique(s)

Un nouvel éclairage  Contrairement à la majorité des insectes, la tique reçoit très jeune une véritable éducation de la part de ses parents. On peut constater que, parmi ces polis tiques,il se fourvoie par çi par là, un mâle élevé en dépit du bon sens, ambitieux et sans scrupules qui pourrait prendre le poux..voir  plus…

Linguistique médicale

Ce qui a changé   Un mâle a dit : sans « t » , la langue française serait mourante et nécessiterait mes deux seins / ex : tex devient ex : tex devient ex : tex devient ex : tex devient ex … et aussi tare devient art….tipi devient hippie….. taquet  devient à quai….. trou  devient roux, tout devient ou, tasse devient as…tique devient hic.

Vie pratique

La  révélation !  Seuls les éleveurs d’insectes de la campagne tchèque peuvent dire « nous irons à Prague, ma tique » (voir les polis tiques pour plus d‘infos).

Linguis et mathéma……tiques

la découverte !   Il est très étonnant de voir que des choses d’une grande évidence ont échappé  jusqu’ à maintenant aux professionnels de la profession, même parmi les plus compétents, sans doute pas très attentifs aux combinatoires guématriques locales pourtant présente dans les patrimoines et langues régionales.

Exemple.  Prenons une addition basique :  six + seize = sixseize. Retirons les lettres qui forment le mot sexe, soit sixseize – sexe = zissi (vérifiez par vous même). Il reste donc de quoi former le mot « zissi », ce qui en Patois Nîmois veut dire « le zizi aussi », d’ou la con-vergence avec le mot sexe…Linguistes, mathématiciens, numérologues du monde entier, unissez vous, il reste beaucoup à faire pour sonder certains mystères, vous seuls pouvez sortir l’humanité de l’ignorance dans laquelle elle se trouve !

Religion et nutrition

Une avancée déterminante Il paraît qu’Ali ment à Sion et que c‘est réciproque!  Les problèmes du moyen orient sont complexes, très anciens et pas très dieu, tes tiques ! (tiens, encore la question des tiques).

Alimentation

Le constat  « Les croissants sont meilleurs quand on les mange soi même », un récent  sondage  auprès de 2 individus du même sexe habitant dans leurs maisons respectives le révèle…..

Spiritualité publicitaire

Une offre mortelle Bientôt disponible : l’Assurance mort. La garantie d’une bonne gestion de vos ré-incarnations successives, effacement de vos dettes karmiques, un pass inter religion. En plus, accès garanti à  ETC… l’Espace Transitoire de Confort qui vous permet de digérer votre vie passée, à l’abri de toute promiscuité -car chacun sait que l’enfer, c‘est les autres-dans un cadre idéal constitué de protovibrations favorables, de plus vous serez entouré de projections holo-mémorielles de tout ceux que vous avez aimé….Donnez nous carte blanche  et amenez votre carte bleue ….. Nous ferons le(s) reste(s)…Consultez nous en tapant 666 sur votre  i-mobile …et faites le (trè) pas.

Close Project

Un Chant Entier

(Poésie Philo-Phonétique)

Enchanté de finaliser un chantier commencé il y a déjà plusieurs siècles !

Je désire exprimer un chant entier, une série de chansons enfantées dans la couleur ! J’aiguise mon manche en T et égrène les premiers accords d’un thème qui ment, chante et crie….Quelques invités, notoires et notables, viennent y rajouter leurs mots, leurs gestes et leurs notes….not….amment les soufflants…car souvent, l’anche hante, hier comme aujourd’hui. Puis les percussions, les cordes diverses, pincées, grattées, frottées sans oublier les vocales … on chante yeah ! Démons  sanctifiés ou anges hantés, peu importe que les méchants se transforment en gentils et réciproquement.

Finalement, tout se boucle toujours sur lui-même…

Le lent sentier mène vers tout autre chose.

Bienvenu dans mon champ, t’y es !

Close Project

Le Parolcolisme

Dénoncer la prise d’otage par la parole, le parolcolisme !

« Un scandale dont on parle peu : la parolcolisme ! Une souffrance pour les malades eux- mêmes bien sûr qui souvent ignorent qu’ils sont parolcoliques mais aussi et surtout pour ceux qui doivent subir leurs assauts. Tout d’abord, bien définir la pathologie : c’est une forme de vampirisme qui tend à pomper l’énergie des autres, appelées victimes ou otages dans les pires cas, par l’usage nocif et abusif de la parole.

Ce crime, car on peut parler de crime, reste totalement impuni. Nous dénonçons le fait qu’aucune législation n’a été mise en place pour ce fléau qui affecte une très grosse partie de la population. Nous souhaitons vivement la création d’une parolepolice car personne n’est à l’abri des parolcooliques. Voici quelques exemples de parolcolisme.

Ex 1 / Le parolcolique de rue

Vous êtes perdu (en voiture, à pied) dans une ville que vous ne connaissez pas et avez le malheur de demander votre chemin à un autochtone. Ce que vous ne savez pas, c’est que votre interlocuteur est un parolcolique ! Fier de pouvoir vous rendre service, il va profiter de la situation pour vous inonder de ses certitudes et de ses doutes, en prenant toutes sortes de détours. Il vous quittera 22 minutes plus tard, ravi de son forfait. Vous, vous serez lessivé, laissé pour mort sur le bitume….

Ex 2 / Le parolcolique de détails

Vous avez une conversation au demeurant normale sur un sujet terriblement passionnant comme les vacances ou les appareils ménagers ou encore la consommation d’essence de votre véhicule. Votre interlocuteur est un dangereux parolcolique qui a déjà fait plusieurs dizaines de victimes dans son entourage, devenues folles après un contact prolongé avec l’individu. Il va profiter d’un moment d’assoupissement, une brèche dans votre comportement pour vous balancer des salves de mots inutiles, d’horripilants détails en cascade et de phrases vertigineuses sans début et sans fin afin de vous ensevelir dans la vase mortelle de sa jungle verbale.

Ex 3 /  Le parolcolique féminin plus connu sous le nom de « femme »

Pour des raisons physiologiques mystérieuses, la femme a la capacité à tenir des  conversations de plusieurs heures en reprenant très peu sa respiration et ce, avec des personnes du même sexe appelées copines. Le sujet de ces conversations importe peu, seul importe le débit ininterrompu de mots et de phrases et l’absence totale de silence pendant ces exercices virtuoses. Les quelques hommes qui se risquent parfois à rentrer dans des cercles de copines sont rapidement éjectées, faute de vocabulaire et d’un organe vocal adapté. On parle même de camps d’entrainement para – parolcoliques partout dans le pays. On trouve par ci    par là quelques témoignages et images tournées dans ces camps d’entrainement. Je vous laisse imaginer les dégâts occasionnées par ces parolcoliques, une fois lâchées dans la nature. Ca donne le frisson !

Ex 4/ Le ou la parolcolique à tiroirs

Parmi les plus dangereux, le parolcolique à tiroirs est sans doute le plus insidieux car son apparente normalité en début de conversation ne peut vous laisser soupçonner la présence d’une infinité de munitions verbales à sa disposition ! Le parolcolique à tiroirs vous emmènera en terrain miné en parlant de mille sujets en même temps, imbriqués les uns dans les autres comme autant de poupées russes fatales, vous entraînant dans une confusion mentale d’où vous ne sortirez pas indemne. Il existe de nombreux parolcoliques à tiroirs telle en Europe occidentale. Les débusquer est chose très difficile.

Ex 5 / Le parolcolique commençavatiste

C’est une des formes les plus perverses et sournoises du parolcolisme. Le commençavatiste vous aborde, à priori, pour vous demander comment ça va. Vous vous apprêtez à répondre, touché par son apparente sollicitude ….mais déjà votre agresseur est parti sur le vrai sujet qui l’intéresse, c’est à dire lui-même. Vous vous apercevez, mais trop tard, que sa question n’était qu’une façon de vous ferrer. Votre interlocuteur vous regardera à peine alors que vous vous enfoncerez dans les sables mouvants de son discours visqueux et parfaitement soporifique et que vous abdiquerez enfin, demandant la mort comme seule possible délivrance.

Quelques organismes, publications, conseils :

–  Pour en parler, se repentir : www.parolcolique- anonymes.com

–   La délation est conseillée : www.parolpolice-parrallèle.org

–   Mlle P : «Fermer vos gueules! » livre sorti en 2008 aux éditions Jen Aimar … nous indique les méthodes à utiliser en cas de contact avec ce type de délinquance. Vous comprendrez aisément que Mlle P témoigne sous couvert de l’anonymat par peur de représailles pouvant émaner de groupuscules parolcoliques extrémistes…

–   Quand vous êtes en contact et avant que le poison verbal ne fasse son effet et que vous tombiez dans une forme de catalepsie, ayez le réflexe de hurler : « j’en ai trouvé un, j’ai capturé un parolcolique » ! Il y a de fortes chances que les braves gens autour de    vous vous soutiennent…

–  Les parolcoliques, souffrant d’un égocentrisme exacerbé et munis d’une carapace psychique très dure, ne sont pas susceptibles. L’insulte est donc parfaitement inutile. Vous devez adopter  une attitude indifférente pour obtenir l’effet d’usure qui vous sauvera. Munissez-vous de boules quiès à insérer discrètement dans vos oreilles ou d’un journal pour faire mine de vous intéresser à autre chose ou de votre téléphone pour faire semblant qu’on vous appelle en urgence. Le sommeil est également une arme  efficace…voire même la fuite, y a pas de honte, il s’agit de votre vie après tout !

–   Le réflexe physique, le geste qui sauve : à n’utiliser qu’en cas extrême. En cas de contact prolongé avec un parolcolique, il peut être conseillé d’utiliser la méthode du réflexe physique scientifiquement appelée « cassage de gueule  ».

–   Le parolcolique agit seul en général, c’est un vampire solitaire. Si vous êtes, cas rarissime, confronté à un gang, une esquade, un banc de parolcoliques, vous pouvez utiliser toutes ces méthodes de façon cumulées.Ca demande une certaine habitude et une expérience en self défense.

Close Project

L’Afterbeat

« Nous, revenants du fond des âges, à l’époque immémoriale ou nous-mêmes, sous la forme de nos lointains ancêtres, dansions en tribu, adorions le feu et pratiquions la magie  …… » Le rythme primaire est partout, dans nos postes de radio, lecteurs divers, nos télé, nos fêtes, nos voitures, ascenseurs, magasins, comme un cri primal, une résurgence animale, un vestige ancestral (c’est bien dit !!). C’est ce que j’appelle le syndrome de l’Afterbeat. En effet,         de nos jours, 91,8% de la musique produite sur cette planète fonctionne avec ce fameux Afterbeat, soit un accent sur les temps 2 et 4 d’une mesure à 4 temps, formule rythmique influant directement sur notre très ancien cerveau reptilien. Effectivement,  ce rythme donc, joué au bon tempo, à des propriétés stimulantes pour certaines glandes endocrines et pour notre système nerveux, ce qui provoque des réactions corporelles spontanées de ce type « taper du pied »,  « bouger la tête », « danser » et autres manifestations de notre adhésion. Etonnant, isn’t it ? Si on rajoute un arrangement musical succinct, avec quelques instruments, on a un morceau. Plus généralement connu sous le nom de « chanson » si on y trouve de la voix, la voix humaine, propre à exprimer des idées. Voici donc notre formule enrichie avec un texte, dont la dimension philosophique va permettre d’attirer l’attention de l’auditeur. Mais tout ça n’est possible que grâce à notre fameux Afterbeat, c’est la base, la recette.

Bio

Guitariste, Compositeur, Arrangeur, Pédagogue, Conférencier ….. a de nombreuses collaborations à son actif tout en se consacrant à son jeu de guitare particulier. Parmi ces rencontres très éclectiques, on peut citer :

-dans le circuit classique : les solistes de l’Orchestre de Paris, l’Orchestre Symphonique d’Europe, l’ Ensemble Orchestral de Haute Normandie,  l’Orchestre   Colonne, Arnaud Dumond…
-dans le jazz :  Claude Barthélémy, Didier Malherbe, Renaud Garcia Fons, le Big Band de Guitares de Gérard Marais, Rémy Chaudagne, Xavier Dessandre, Hélène Breschand…..
-dans la musique instrumentale : Jean Félix Lalanne, Pierre Bensusan, Michel Haumont…
-ou encore dans la chanson : Brigitte Fontaine, Pierre Vassiliu, Allain Leprest, Yasmin Shah, Johnny Hallyday, Ramon Pipin etc…..
Compositeur de nombreuses pièces de musiques de chambre, ses créations ont été jouées  dans divers festivals et théâtres. Il se produit régulièrement en leader en trio ou quartet jazz ou en tant que soliste au New Morning, au Triton, aux Sept Lézards ou il a régulièrement sa carte banche, en province et à l’étranger (festivals en Belgique, Luxembourg, Géorgie, Angleterre, Allemagne, Maroc, New York, Londres…), dans des théâtres ou des clubs. Il a participé à six reprises à « Autour de la guitare », évenement récurrent qui se déroule à l’Olympia à Paris chaque année. Son activité pédagogique l’a amèné aussi a enseigner sa technique particulière de guitare lors de séminaires et de masterclass. Il est également créateur d’une méthode pédagogique à destination des entreprises basées sur les analogies entre le monde de la musique et les rouages de l’entreprise. Il y donne de nombreuses conférences sur divers sujets (chef d’orchestre/dirigeant, trio jazz/ travail d’équipe, etc…). Plus récemment, il a monté deux nouveaux projets : l’un, le trio Classical Animals avec deux musiciens de la jeune génération, le guitariste Brice Delage et le batteur Franck Amand et l’autre, le Cabaret Carré et Barré, avec la danseuse hiphop Jessie G et la chanteuse pop Yasmin Shah entre autres.  Il a enregistré plusieurs albums ainsi que de nombreuses musiques de scène pour le théâtre. Ses pièces pour guitare sont éditées chez Lemoine et chez Billaudot.

Parmi ses disques parus :

«L’illusion du Secret» Fnac Music (guitare et Orchestre de chambre de l’Orchestre de paris) (1988)
 « La Yellow Note» Sony Music (en trio + invités Didier malherbe et Renaud Garcia Fons) (1998)
« Voies Secrètes » Acoustic Music Records (duo de guitares avec JF Lalanne) (2001)
« U and Eye » Acoustic Music Records (album solo 2003)
« Les Classiques Revisités » (YV + Arnaud Dumond / 2007)
«Classical Animals » trio iconoclaste (album  2011)

+ de nombreuses compil’ et participations à d’autres albums de chanteurs et musiciens.

Voir quelques vidéos de Yan Vagh

 Un peu de presse

« Un monde aux mille couleurs où le guitariste joue l’enchanteur de cordes, en réussissant l’improbable fusion des cultures jazz, classique, contemporaine et rock dans des compositions aux dévellopements mélodiques et harmoniques en liberté structurée. » Rédacteur en chef de Guitarist Magazine

« Une musique qui cotoie le jazz avec bonheur »  Jazzman
« Une musique qui échappe aux clichés du jazz et à ceux de la world tamisée » Michel Contat  Télérama
« C’est de la musique d’aujourd’hui qui surprend et qui vous prend, oui, qui vous prend très vite : au delà de toute espérance » Les cahiers dela Guitare
« Yan Vagh fracture les coffres forts de la musique pour en sortir des liasses de sonorités originales » Jazz Hot
« Il est de ces musiciens, alchimistes patients, qui tentent encore d’apporter du beau et du réconfort. Ses compositions ont cette dimension intemporelle »Guitares et Claviers
« Dés la première audition, on ressent immédiatement l’originalité de cette musique » L’ Affiche
« Un répertoire inclassable, une aisance déconcertante » Muso
« Yan Vagh se situe au carrefour de nombreuses musiques. Sa musique est à la fois actuelle, libre et maîtrisée. » ParisNormandie
« Un tricoteur de notes qui fait des rythmes les jolies mailles de son univers. » La NouvelleRépublique
« Un sympathique causeur qui s’ est donné corps et âme pour satisfaire un public de mélomanes avertis.»  Quotidien du Luxembourg 
« Une technique éblouissante, fluide, ouverte et domestiquée, au service d’un monde sonore sans concession,refletd’une vision et d’une urgence. » PierreBensusan,guitariste
« Les climats développés par Yan Vagh ne ressemblent à aucun autre, et pourtant ils sont cousins des plus beaux héritages laissés par des guitaristes et leurs ancêtres depuis qu’au coin du feu, un troubadour s’assoit et vous émerveille. » Un ami
« Sa musique est mondiale, bercée par diverses influences, tantôt classique ou contemporain, tantôt carrément rockn’roll » La Guitare.com

Contact

Scène et autres projets

mail : yanvagh@sfr.fr
tél : 00 33 6 10 36 24 25

Administration

Yves Patay  mail : spprod@orange.fr